LE CORONAVIRUS N'EST PAS LE TERME (FIN) DE LA SOUFFRANCE